Et aussi dans l’actualité : Ao Acato, Mickey Mouse, Dai Dunbang

Contamination, d’Ao Acato (traduction Pascale Simon, Éditions Kana, collection Big Kana, 192 pages tome 1, 176 pages tome 3, tome 3 à paraître en 2019, 7,45€ l’exemplaire)

L’irruption cataclysmique. L’un des plus vieux ressorts de la fiction, quelle qu’en soit la forme. Et, s’agissant du Japon et des mangas, une pratique dont les témoignages sont surabondants, de Spirit of the Sun (la dislocation sismique) à Jacaranda (un désastre collectif né de la prolifération irrésistible d’un végétal pris de folie). Contamination, qui annonce la couleur dès le titre, est l’une des plus récentes expressions de cette famille de récits angoissants. Trois volumes seulement pour raconter de quelle manière se déploie, à partir d’une ville moyenne aux apparences tranquilles – Yokobashiri, un peu plus de 89.000 habitants, au pied du mont Fuji –, l’un des adversaires les plus redoutés du genre humain : la peste. L’angle choisi est médical, avec à l’avant-scène un personnage de jeune femme médecin qui pressent, avant tout le monde, de quelle nature est le péril qui menace. À mi-chemin d’Urgences (la vieille série télé qui révéla George Clooney dans un rôle de médecin) et de Contagion (Steven Soderbergh, 2011), le suspense est très efficacement mené, avec ce qu’il faut de tension et de paranoïa pour tenir en haleine sans lasser (trois volumes : le bon format pour ce genre de projet). Le dessin assure le service standard : pas renversant d’innovation, mais tout à fait digne néanmoins. Propre.

Télécharger (PDF, 1.41MB)

Hors-série Les Trésors du Journal de Mickey : Le Livre anniversaire de Mickey Mouse – 90 ans (Disney Hachette Presse, 420 pages, 8,90€).

Le genre d’opuscule qu’on ne voit pas beaucoup dans les librairies, cette synthèse sympathique étant diffusée par Disney Hachette Presse dans le réseau des kiosques. 420 et quelques pages au compteur pour rendre au personnage un hommage mérité en une vingtaine d’histoires, alternant gags, récits brefs et séquences plus longues, infos, jeux, oldies (l’indispensable Floyd Gottfredson bien sûr, ou encore une bonne histoire de 1953 signée Paul Murry) et bien sûr une flopée de créations plus récentes dont une bonne partie made in Italy. Côté français, on trouvera aussi deux épisodes de Mickey à travers les siècles, version ancienne et moderne. Culte, évidemment.

Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes – Poèmes Song illustrés par Dai Dunbang (Éditions de la Cerise, traduction Bernard Goujard, 136 pages, 35€)

Un peu d’histoire, forcément, pour commencer. Contemporaine de notre Moyen-Âge, la dynastie chinoise des Song s’étend du dixième au treizième siècle, jusqu’en 1276. Une période sophistiquée, prospère, féconde, qui se traduit sur le plan artistique par une floraison d’expressions ambitieuses, dont la poésie est l’une des formes majeures et les plus prisées. C’est une anthologie illustrée d’une cinquantaine de ces textes qui est présentée ici pour la première fois en VF, avec aux pinceaux un peintre chinois contemporain, Dai Dunbang. Il ne s’agit pas bien sûr de bande dessinée, mais les compositions complexes et la touche d’une rare délicatesse donnent la sensation d’une continuité, d’une grande unité thématique et tonale. La belle qualité de réalisation de l’album, dont on est coutumier aux éditions de La Cerise, achève d’emporter l’adhésion.

Nicolas Finet

Laisser un commentaire